Implantation capillaire : le prix d’une greffe de cheveux en Turquie

Vous perdez vos cheveux par poignées, au point que votre tête commence sérieusement à clairsemer en divers endroits ? Véritable source de complexe, ce phénomène est guetté avec appréhension par les hommes – ainsi que les femmes – à partir de la cinquantaine. Si tel est votre cas, rassurez-vous. Perdre vos cheveux n’est plus une fatalité et il existe diverses solutions pour donner une cure de jouvence à votre apparence : la greffe de cheveux.

En quoi consiste une greffe de cheveux ?

Si l’alopécie ou calvitie est bien souvent liée à l’âge, elle peut également résulter de plusieurs facteurs comme une maladie, une dépression, un changement hormonal, un régime ou l’hérédité. Quoiqu’il en soit, la calvitie est malheureusement un processus inéluctable.

La greffe de cheveux est une méthode servant à transférer des racines capillaires d’une zone du cuir chevelu où les cheveux sont encore abondants – tels que les parties latérales de la tête et du cou – vers une ou des zones imberbes. Ainsi, les cheveux sont progressivement replantés en différentes séances jusqu’à ce que les « clairières » su le scalpe retrouvent leur densité.

C’est une intervention chirurgicale qui s’applique aussi bien aux hommes qu’aux femmes. Elle ne provoque pas de rejet, et ne nécessite pas une hospitalisation.

Turquie : la Mecque de la greffe de cheveux ?

Une greffe de cheveux n’est pas à la portée de toutes les bourses. En France, il faut par exemple compter 15 000 € pour une FUE (Follicular Unit Extraction) et 11 000 € pour une DHI (Direct Hair Implantation).

Des pays sont toutefois devenus des eldorados pour les implants capillaires. La Turquie est particulièrement prisée, car elle possède des cliniques reconnues pour leur expertise et leur technologie de pointe. Également, leurs tarifs sont nettement plus accessibles.

La Turquie est actuellement considérée comme la destination phare de l’implantation capillaire. À l’heure actuelle, on recense près de 1 500 opérations par jour dans plus de 300 cliniques dédiées. Environ 1 200 d’entre elles sont réalisées à Istanbul, la capitale.

Pour environ 3 000 € – soit 3 à 4 fois moins cher qu’ailleurs – vous y aurez la possibilité de retrouver un crâne regarni, voire une crinière de jeunesse dans les six mois suivant la greffe de cheveux.

La technique FUE

La microgreffe la plus populaire est la technique « cheveu par cheveu « ou FUE. Elle consiste à prélever une unité folliculaire à la fois et à la placer dans les zones imberbes. La FUE est indolore et s’effectue sous anesthésie locale en environ 3 h. Après l’opération, il n’est pas rare de voir l’apparition d’ecchymoses et d’un œdème qui s’estompent heureusement avec le temps.

Les cicatrices liées à la transplantation sont également invisibles, ce qui donne un résultat 100 % esthétique et naturel. L’ensemble du processus de greffe doit être supervisé par un personnel médical apte à réaliser entre 3 et 4 opérations par jour. L’équipe est normalement composée d’un médecin et de trois infirmières ou assistantes.

Une fois l’opération réalisée, l’équipe médicale donne toutes les informations sur les soins d’entretien à poursuivre une fois à la maison. En Turquie, le coût moyen d’une greffe de cheveux FUE nécessitant 1 600 à 2 000 greffons est de 2 600 €.

La technique DHI

Dans la méthode DHI (Direct Hair Implantation), les follicules pileux sont greffés un à un directement sur le cuir chevelu l’aide d’un implanteur. Cet appareil a une forme fine et cylindrique avec une pointe acérée qui rappelle un porte-mine.

À partir de 2 900 €, des cliniques turques proposent des packs de greffes de cheveux DHI plus ou moins complets qui comprennent :

  • Un service de traduction (français-turc et vice-versa) ;
  • Une consultation pré-opératoire ;
  • Une chambre d’hôpital pour 3 à 4 h ;
  • Une implantation capillaire directe (sans nécessité de rasage sur la zone receveuse) ;
  • Une anesthésie locale capillaire indolore estimée à 200 € ;
  • Un moteur à poinçon pour l’extraction de follicules ;
  • Un traitement PRP ou Plasma Riche en Plaquettes qui permet de booster la repousse capillaire d’une valeur de 200 € ;
  • Un suivi post-opératoire pendant 1 à 12 mois évalué à 300 € ;
  • Un certificat de garantie d’une durée de 25 ans.

À la fin de l’opération, le patient devra attendre au moins 48 heures avant de se laver la tête. Le premier lavage doit être effectué dans la clinique où s’est déroulée l’intervention.
Après l’implantation capillaire, comptez six à un an pour obtenir un résultat définitif.

Comment le coût d’une greffe de cheveux est-il calculé ?

En fait, le prix d’une greffe de cheveux comprend non seulement l’intervention, mais aussi une série de services supplémentaires.

Plusieurs éléments déterminent le tarif d’une implantation capillaire notamment :

  • L’étendue de la zone dégarnie. Elle est déterminée selon l’échelle de Norwood-Hamilton chez les hommes et celle de Ludwig chez les femmes ;
  • La densité capillaire de la zone donneuse ;
  • Le nombre de greffons ;
  • La technique de greffe ;
  • Le lieu de l’intervention.

Concernant ce dernier point, il est clair qu’une implantation capillaire en Turquie est le meilleur moyen d’obtenir une nouvelle chevelure à un prix défiant toute concurrence.

Si, en plus de la calvitie, vous n’avez pas la densité souhaitée au niveau de votre barbe ou de vos sourcils, vous pouvez y remédier en ajoutant un supplément à votre pack. Pour une transformation totale, budgétez 1 000 € de plus pour des implants de barbe et près de 800 € pour des sourcils bien fournis.

Attention aux cliniques non autorisées

Effectivement, le marché florissant de l’implantation capillaire en Turquie a conduit à l’émergence des cliniques ne disposant pas des autorisations réglementaires. Faites attention aux prix trop bon marché pour être vrais, car ils peuvent se révéler être de véritables arnaques.

De ce fait, l’un des premiers réflexes à faire lors de vos recherches est de vérifier si les cliniques et les hôpitaux privés possèdent un numéro d’immatriculation et une licence.

Plus d'articles